lundi 27 février 2017

La Transition : Une démarche globale, humble et apolitique...



Villes et Villages en transition : les mots sont importants

Non tout ne se vaut pas et les démarches de transition sont très spécifiques… la vision pragmatique, apolitique et apartisane et subordonnée à un calendrier d'actions n’est pas inspirant pour tous par exemple !

Pas d’actions spectaculaires mais un travail de fourmis qui ne laisse personne au bord du chemin…Cela n’inspire pas tous les militants !

Totnes, Devon : une ville en transition.
Le réseau des villes en transition est un mouvement social qui rassemble des groupes animant dans leur commune une initiative de transition, c'est-à-dire un processus impliquant la communauté et visant à assurer la résilience (capacité à encaisser les crises économiques et/ou écologiques) de la ville face au double défi que représentent le pic pétrolier et le dérèglement climatique.
Ce mouvement s'inspire d'un exercice de descente énergétique locale, effectué en 2005 par les étudiants du cours de soutenabilité appliquée de l'université de Kinsale (Irlande) sous la direction de Rob Hopkins, formateur et enseignant en permaculture. La première mise en application a été initiée en 2006 dans la ville de Totnes au Royaume-Uni. Depuis, le mouvement est devenu international et compte plus de 460 initiatives officielles2.
L'originalité du mouvement des initiatives de transition par rapport aux mouvements écologistes ou sociaux existants tient en plusieurs points. Tout d'abord, la vision de l'avenir est résolument optimiste, et les crises sont vues comme des occasions de changer radicalement la société actuelle. La deuxième originalité est que le mouvement concerne la communauté dans son ensemble car c'est cette dernière qui doit porter le changement. L'action ne doit pas exclusivement venir des gestes individuels quotidiens, ni des instances politiques via la législation. C'est pourquoi le mouvement des initiatives de transition est apartisan et choisit généralement d'éviter les confrontations (manifestations…). Ensuite, le mouvement a développé une théorie psychologique inspirée de celle des traitements des dépendances toxicologiques pour tenter de traduire le désespoir ou le déni souvent consécutifs à la découverte du pic pétrolier et de notre dépendance au pétrole, en actions concrètes. Cette originalité semble à la source du succès que connaît le mouvement des villes en transition2, mais elle suscite aussi des critiques, notamment sur le manque d'engagement politique.
Étant donné le succès assez large de la notion de « transition » dans le vocabulaire politique et institutionnel, il est important de distinguer le réseau des villes en transition (un mouvement social coordonné) par rapport aux autres acceptions plus vagues et plus générales comme la transition énergétique.

Les raisons

Le pic pétrolier

Courbe théorique du pic de production
La notion de pic pétrolier n'exprime pas la fin des réserves de pétrole, mais traduit la fin du pétrole conventionnel bon marché. À l'échelle d'une région, la production de pétrole suit une courbe de distribution normale (voir le cycle d'exploitation d'un gisement), c'est-à-dire que la production croît rapidement, avant de s'infléchir, de passer par un plateau de production, pour suivre le mouvement inverse. Le pic pétrolier est la date à laquelle la courbe de production mondiale n'augmentera plus, traduisant le maximum de production atteint. À ce moment-là, et pour la première fois, la demande excèdera durablement la production, provoquant une hausse des prix qui s'intensifiera à mesure que la production décroîtra.
L'estimation de la date du pic pétrolier varie suivant les compagnies pétrolières, les institutions officielles et les associations d'étude du pic. Ces différences peuvent provenir d'une vision différente (vision économiciste dans laquelle la production suit la demande), d'une divergence sur la théorie (la notion même de pic pétrolier), de l'incertitude sur l'estimation de certaines données (les réserves sont des données géostratégiques) ou sur différents modes opératoires de calcul (prise en compte ou non du pétrole non conventionnel). De plus, la consommation, autre variable affectant le pic, est soumise à des évènements (externes ou issus de rétroactions), par exemple politiques ou économiques. Les différents pronostics vont donc du déni d'un pic pétrolier pour l'OPEP, à l'horizon 2020 pour la compagnie Total, ou en 2008 pour l'ASPO (association pour l'étude du pic du pétrole et du gaz naturel).

La « descente énergétique »

Les initiatives de « transition », qui nécessitent une descente énergétique (energy descent), s'intéressent aux réponses à apporter pour résister aux différentes crises, dont celle du « pic pétrolier ».
Aussi, plus que supporter le pic lui-même, l'enjeu est le futur énergétique dicté par la déplétion de pétrole. La tentation d'exploiter les gaz de schistes peut freiner les démarches de transition.
Le concept de « descente énergétique » (energy descent) est défini par Rob Hopkins comme « le déclin continu de l'énergie nette sur laquelle se base l'humanité, qui est le reflet de la montée énergétique qui a pris place depuis la révolution industrielle. La descente énergétique se réfère également au scénario d'un futur dans lequel l'humanité s'est adaptée avec succès au déclin des énergies fossiles disponibles et est devenue plus locale et autosuffisante. C'est un terme privilégié par ceux qui voient le pic énergétique comme une possibilité vers un changement positif, plutôt que comme un désastre inévitable ».
Avec son scénario, l'association négaWatt peut apporter un support théorique précieux au mouvement des territoires en transition.

Conséquences

Les pays dépendent du pétrole dans leur approvisionnement en énergie primaire qui en représente plus du tiers. Concernant la France, le pétrole compte pour 33 % de la consommation d'énergie primaire, et pour près de 44 % de la consommation énergétique finale (près de 70 % pour les énergies fossiles). Le pétrole a des propriétés et des qualités uniques qui dans nos sociétés le rendent indispensable dans un certain nombre de domaines, notamment ceux des transports et de la pétrochimie (matières plastiques, solvants, médicaments, fibres synthétiques, etc.). Ces propriétés rendent également le pétrole indispensable pour la fabrication et la mise en place d'énergies alternatives (construction de centrales, traitement et stockage des déchets nucléaires, construction d'éoliennes ou de panneaux solaires, etc.).

Les principes

Le mouvement des initiatives de transition s'intitulait à l'origine « villes en transition » (Transition Towns). Pour faire face à la diversité des différentes structures dont s'occupaient les différents groupes de transition (villes, villages, îles, districts, zones géographiques diverses, etc.), le mouvement a été renommé mouvement des « initiatives de transition » (Transition Initiatives).
«Le mouvement de transition est un mouvement international qui vise à inspirer, à catalyser et à soutenir les réponses des communautés face au pic pétrolier et au changement climatique. C'est un mouvement qui a une vision positive, centré sur l'élaboration et la mise en œuvre de solutions, qui développe différents outils pour construire de la résilience et de la joie dans le monde. De l'éveil des consciences et de la création de groupes locaux d'alimentation, à l'édition de monnaies locales et au développement de «plans B» pour leur communauté, les mouvements de transition cherchent à prendre la fin de «l'âge du pétrole» comme une immense opportunité : l'opportunité de repenser profondément la plupart de ce que nous considérons comme acquis.»
L'objectif de toute initiative de transition est de définir et mettre en œuvre un «plan d'action de descente énergétique» (PADE) propre à sa communauté, qui dessine une vision à 20 ans de ce que peut être un lieu de vie où la dépendance aux énergies fossiles est minimum et la résilience maximum. Pour ce faire, le PADE décrit, pour différents domaines comme l'alimentation, le transport ou la santé, les étapes de la transition permettant de remplir les objectifs fixés.
C'est dans le but d'aider les communautés souhaitant élaborer et mettre en place un PADE que le réseau des initiatives de transition a conceptualisé à partir des expériences des initiatives pionnières, un ensemble de principes directeurs formant une sorte de fondement théorique; un ensemble d'étapes qui structurent une initiative de transition dans le temps; ainsi qu'un ensemble de techniques pratiques.
Le concept de ville en transition est basé sur un ensemble de principes qui se veulent facilement compréhensibles, et qui le distinguent des autres mouvements alternatifs11.

Vision positive

Le principe des visions se réfère au présupposé que l'on ne peut tendre vers un objectif seulement si l'on peut visualiser comment ce sera si l'on y parvient. Ces visions se trouvent au cœur du plan de descente énergétique, qui contient des actions étalées sur les vingt années à venir. Cette vision diffère des courants écologistes traditionnels qui dressent un avenir sombre qui a pour conséquence de déprimer les gens et de leur faire croire qu'ils sont impuissants à agir.

Inclusion

Les défis et les conséquences du pic pétrolier et du dérèglement climatique nécessitent la participation de la société dans son ensemble. Tous les secteurs d'activité et tous les acteurs de la ville sont concernés et mis à contribution pour concrétiser la transition : citoyens à l'origine de l'initiative, associations, organisations professionnelles, administrations, enfants, actifs et retraités, dans les domaines énergétiques et économiques conventionnels ou plus inattendus comme la santé, l'éducation, l'immobilier, le tourisme ou encore les ressources maritimes. Contrairement aux ONG et aux associations écologistes, les mouvements de transition placent leur action au cœur de la communauté, et ne visent pas une action de lobbying auprès des instances politiques (locales, nationales ou internationales) en vue de changer la législation.

Prise de conscience

Une des premières actions des villes en transition est de former le public aux enjeux du pic pétrolier et du dérèglement climatique. Les informations des médias sont souvent vagues et en dehors de la portée d'action du citoyen lambda, et sont souvent en contradiction avec les autres messages (qui présentent le modèle de développement actuel comme allant de soi, ou diffusant des publicités pour des voyages en avion).

Résilience

La résilience est la capacité des systèmes à retrouver leur équilibre après une perturbation. Dans le cadre des villes, la résilience est la capacité d'une ville à ne pas s'effondrer aux premiers signes d'une pénurie de pétrole ou de nourriture. La notion de résilience est différente de celle de soutenabilité, qui est la seule généralement mise en avant. Par exemple, une communauté qui récupère les déchets pour expédier au centre de tri réduit sa pression sur l'environnement, mais ne devient pas plus résiliente pour autant. Elle pourrait augmenter cette dernière en transformant localement ces déchets en matériaux d'isolation.

Compréhension psychologique

Une des principales barrières au passage à l'action est un sentiment d'impuissance, de solitude ou d'accablement que les catastrophes écologiques provoquent souvent. Le modèle des villes en transition utilise la compréhension de la psychologie en formulant une vision positive, en offrant des espaces rassurants où les personnes peuvent exprimer leurs craintes, et en valorisant les actions déjà effectuées en incluant dans le processus autant d'occasions de célébrer les succès que possible.
Les fondateurs du mouvement de transition analysent les raisons de l'inaction des gens conscients des dangers écologiques de leur mode de vie en faisant le parallèle entre la dépendance au pétrole et les études psychologiques des comportements face à la dépendance toxicologique.

Solutions crédibles et appropriées

Une fois que les dangers du pic pétrolier et du dérèglement climatique ont été révélés au public, les initiatives de Transition doivent laisser la possibilité aux gens de chercher des solutions pertinentes à une échelle appropriée, et ne pas se limiter aux solutions comme « éteindre les lumières en sortant de la pièce ». Ceci est très important car les gens ne conçoivent en général que deux types de réponses : la réponse individuelle chez soi, et la réponse gouvernementale à l'échelle nationale. Les initiatives de transition explorent le niveau intermédiaire, celui des communautés.

Influence de la permaculture

L'influence de la permaculture est prégnante dans le concept des villes en transition13. Rob Hopkins, l'initiateur du mouvement, enseigne la permaculture depuis plus de 10 ans.
La permaculture est une science de conception visant la création de lieux de vie humains soutenables. Lorsqu'il découvrit la réalité du pic pétrolier, le premier réflexe de Rob Hopkins fut de se servir des principes de la permaculture pour organiser une réponse. Il s'appuya notamment sur les travaux de David Holmgren, cofondateur de la permaculture.
L'idée centrale des villes en transition, la résilience, est directement inspirée des écosystèmes naturels. En effet, ces derniers ont, contrairement à nos champs cultivés, la propriété d'être stables, diversifiés, de consommer un minimum d'énergie, d'être autonomes (cycles fermés) et de ne pas produire de pollution (grâce à la forte interconnexion de ses éléments : les déchets d'un système sont utilisés par d'autres systèmes). C'est un modèle parfait pour des systèmes humains devant drastiquement réduire leur consommation d'énergie et leur émissions de CO2 (et d'autres polluants).
L'apport de la permaculture est d'offrir une base philosophique ainsi que des principes généraux et des exemples concrets de mise en œuvre de systèmes basés sur les caractéristiques souhaitables des systèmes naturels.
Cependant la permaculture souffre de deux inconvénients, qui ont participé à la création des villes en transition. Tout d'abord, la permaculture a vu le jour en Australie, dans un contexte géographique de terres abondantes et de climat difficile. Ces deux points ont amené la permaculture à se focaliser sur la production de nourriture, et l'aménagement de terrains individuels (ou de petites communautés). Le mot permaculture vient d'ailleurs à l'origine de la contraction de permanent agriculture (agriculture soutenable), avant d'être redéfinie comme permanent culture (culture durable), sous le travail de David Holmgren. Deuxièmement, la permaculture est un concept difficile à expliquer facilement à la première personne venue (Rob Hopkins s'amuse à dire qu'il faut un tableau, des feutres, et quinze minutes pour dessiner des poules, des mares et des serres).
Ces deux points font dire à Rob Hopkins que les permaculteurs privilégient généralement une distanciation vis-à-vis de la majorité de la société (vivant dans des villes de moyenne et grande taille), en retournant à la campagne et aménageant leur terrain, plutôt que de choisir de transformer directement la société. Si la permaculture est cette première vision, les villes en transition seraient donc cette seconde facette complémentaire.

Les étapes

Les étapes de la transition peuvent servir de guide de route à une nouvelle initiative de transition. Elles ont été élaborées pour maximiser les chances de succès d'une initiative, et la rendre plus efficace. Par exemple, la première expérience d'initiative de transition, initiée par Rob Hopkins et les étudiants du cours de soutenabilité appliquée de l'université de Kinsale, a commencé par la rédaction d'un plan d'action de descente énergétique. Mais la mise en œuvre de ce plan a échoué car il n'y avait pas eu de travail préparatoire pour initier les habitants et les politiques aux enjeux des crises à venir, et à l'importance d'un plan énergétique approprié. Se basant sur les retours d'expériences des premières initiatives de transition, douze étapes ont été définies. Cette section présente un résumé de certaines de ces étapes.

Former un groupe de pilotage temporaire

Le groupe de pilotage se compose d'environ six personnes, et permet d'initier une transition. Les personnes formant ce groupe doivent bien maîtriser (ou se former sur) les notions de pic pétrolier et de dérèglement climatique, ainsi qu'avoir une bonne idée du mouvement des initiatives de transition. Ce groupe va prendre en charge les étapes suivantes jusqu'à la création des groupes de travail. Une fois que quatre de ces groupes de travail seront formés, le groupe de pilotage sera dissout et recomposé à partir d'une personne de chaque groupe de travail. Le groupe de pilotage ne doit pas être trop grand pour pouvoir être efficace, mais doit contenir un minimum de personnes, pour que l'initiative ne repose pas que sur la volonté d'une ou deux personnes. Il est conseillé à au moins un membre de suivre une formation en permaculture, et il est nécessaire qu'au moins deux membres du groupe de pilotage suivent une formation aux initiatives de transition (uniquement en anglais à l'heure actuelle) pour que l'initiative soit reconnue officiellement.

Sensibiliser

La sensibilisation permet d'introduire les notions de pic pétrolier et de dérèglement climatique, ainsi que de descente énergétique et de résilience, à la communauté (grand public, décideurs économiques, instances politiques). Cette sensibilisation peut prendre plusieurs formes (articles de presse, interventions dans des écoles, etc.), mais c'est en général les projections avec conférence et débats qui sont privilégiées.
Les films ont l'avantage d'attirer un large public. Les films généralement choisis concernent le pic pétrolier, et dans une moindre mesure le dérèglement climatique18. Les conférences permettent de compléter les informations (par exemple en introduisant les autres problématiques, car les documentaires se concentrent généralement sur un seul problème), de gagner en crédibilité, d'attirer plus de monde, et d'orienter le débat vers une vision positive et la recherche de solutions. Les débats permettent aux gens d'exprimer leurs angoisses au sujet de ce qu'ils ont appris, pour éviter qu'ils ne s'enferment dans le déni ou la dépression.

Organiser un « grand lancement »

Lorsque la communauté est suffisamment sensibilisée (ce qui prend en général de 6 mois à un an après la première projection) et que des contacts avec d'autres groupes (associations environnementales ou sociales, etc.) ont été liés, le groupe de pilotage organise le «grand lancement» (Great Unleashing). Cet événement mémorable va permettre de catalyser toutes les craintes et les attentes des gens pour trouver et mettre en œuvre des solutions. L'élan et l'énergie libérés pendant cet événement va permettre au mouvement de s'agrandir, en formant de nouveaux groupes.

Former des groupes de travail

Les groupes de travail se focalisent sur divers aspects de la vie quotidienne de la communauté : alimentation, déchets, énergie, éducation, jeunesse, économie, transports, eau, municipalité… Ces groupes ont leur propre façon de fonctionner. De manière générale, le déroulement d'une initiative de transition ne peut pas être contrôlé, car il dépend intrinsèquement des désirs, attitudes, façons de penser, de la communauté. Dans chaque groupe un membre est choisi, et l'ensemble de ces membres forme le nouveau groupe de pilotage, qui se réunit régulièrement pour faire le point. Le travail combiné des groupes doit permettre la rédaction d'un plan d'action de descente énergétique.

Rédiger un Plan d'action de descente énergétique

Le Plan d'action de descente énergétique (Pade) se base sur les travaux des différents groupes et organise les résultats en une vision unifiée à moyen terme (15 à 20 ans) ainsi que les étapes à effectuer à certaines dates pour y parvenir. Le Pade se base également sur un état des lieux des ressources de la commune (circuits de distributions, ressources naturelles, etc.) et prend en compte la politique actuelle mise en place. Le premier Pade a été rédigé à l'université de Kinsale, mais il a été le premier élément de l'initiative de transition de la ville, et non pas son achèvement.
Le Pade n'est pas une fin en soit. Une fois rédigé, il faut le mettre en œuvre et prendre en compte les retours d'application (difficulté imprévue, changement de contexte politique, social ou économique…). C'est à ce moment seulement que commence véritablement la transition de la communauté vers un futur plus résilient.

Exemples d’actions concrètes

Concrètement, ce sont des projets diversifiés qui participent aux différentes expériences de transitions en cours, qu'ils soient ou non à l'initiative du groupe de pilotage. Ces projets peuvent concerner des sujets aussi différents que les transports, l'éducation, la santé, l'énergie où l'alimentation. S'ils ne sont pas déjà présents dans la communauté, ces projets sont initiés par les différents groupes de travail, en association avec des partenaires légitimes ou qualifiés, lorsqu'ils existent.

Économie

L'action qui a eu le plus grand retentissement pour la transition de Totnes est la création d'une monnaie locale, le «Totnes Pound». Une telle monnaie a pour but de relocaliser les échanges économiques, et d'éviter la fuite de la richesse.
De nombreuses monnaies locales existent, ainsi 66 systèmes de monnaie locale existent ou sont en projet en Allemagne et en Angleterre. Il existe en Suisse, le système du WIR depuis 1930 (1 700 millions d'euros d'échanges en 2007) et les BerkShares dans le Vermont (États-Unis) depuis 2006 (1 million de billets en circulation). Ces actions sont encouragées par les acteurs locaux : élus, banquiers, et bien sûr entreprises et commerçants. Un système existe en France, le Sol (pour solidaire) à Grenoble.
Des monnaies locales «fictives» existent également dans les Systèmes d'échange local (Sel). Ces systèmes permettent l'échange de biens ou de services sans passer par une monnaie réelle, seul un système de points étant mis en place pour pouvoir quantifier la valeur des échanges.

Alimentation

L'alimentation occidentale est fortement dépendante des énergies fossiles, et une transition dans ce domaine est donc inéluctable. La résilience dans le domaine de l'alimentation passe par une relocalisation et des modifications de la production agricole.
Ainsi des projets pourront avoir comme objectif de développer des potagers ruraux ou urbains, individuels ou collectifs (jardins familiaux, jardins communautaires), la plantation d'arbres (avec par exemple le projet de plantation de noyers à Totnes), ou le partage de graines, pour augmenter les savoirs, les pratiques et l'auto-production au sein de la communauté.
Concernant les circuits d'alimentation, les projets visent à relocaliser la production et à raccourcir les circuits de distribution. C'est le cas avec la création de marchés de producteurs, d'Association pour le maintien d'une agriculture paysanne (Amap) ou de coopératives d'achat.
Les pratiques agricoles doivent également évoluer vers une agriculture plus respectueuse vis-à-vis de l'environnement et moins consommatrice d'hydrocarbures (pétrole pour les pesticides et la mécanisation, gaz naturel pour les engrais minéraux). Les projets pourront se tourner vers la mise en place d'une agriculture biologique ou biodynamique. La permaculture, dont les principes sous-tendent le mouvement des villes en transition, offre également des solutions pertinentes en matière agricole.

Transports

Dans le domaine des transports, comme pour l'énergie qui est liée, l'action la plus efficace est d’éviter de consommer ou détruire des ressources. Le second est de transporter ou se déplacer par des moyens qui préservent mieux la nature. Les transports sur rail offrent une très bonne efficacité énergétique (voir efficacité énergétique dans les transports). On aboutit donc à 2 types d'initiatives :
  • Multiplier les circuits courts pour favoriser l'activité locale et limiter la consommation de pétrole liée aux transports (Amap, filière bois énergie …) ; amplifier les relocalisations économiques.
  • Se déplacer autrement : transports en commun, bicyclettes, transformation de routes en vélo-route, zone piétonne, covoiturage et même autopartage (partage d'une voiture pour plusieurs personnes).

Énergie

La consommation d'énergie est essentiellement la conséquence de choix dans tous les autres domaines. Ainsi, une agriculture biologique, le choix des transports en commun, de produits locaux et de saison diminue l'empreinte énergétique au niveau local comme global.
Le scénario négaWatt propose une réduction de l'empreinte énergétique sur la période 2000-2050 suivant trois axes : sobriété, efficacité énergétique et utilisation d'énergies renouvelables.

Autres

  • Recycler et réutiliser : développer le compostage (éventuellement collectifs) pour utiliser ses déchets verts et produire localement engrais naturel et pesticides biologiques (par exemple le purin d'ortie), favoriser la réutilisation (Emmaüs, ressourceries, brocantes, braderies, marché aux puces, dons).

Bibliographie

  • (en) Rob Hopkins, Energy Descent Pathways:evaluating potential responses to Peak Oil; 2006
  • (fr) Paul Chatterton et Alice Cutler, Un écologisme apolitique ? : débat autour de la transition, Écosociété, Montréal, 2013
  • (fr) Rob Hopkins, Manuel de transition de la dépendance au pétrole à la résilience locale, Écosociété, 2010.
  • Luc Semal et Mathilde Szuba, « Les transition Towns : résilience, relocalisation et catastrophisme éclairé », revue Entropia  no 7, automne 2009.
  • Mathilde Szuba et Luc Semal, « Villes en transition: imaginer des relocalisations en urgence », revue Mouvements, 27 septembre 2010.
  • Revue Silence, dossier dans les no 417 (novembre 2013); no 398 (février 2012); no 385 (décembre 2010) ; no 379 (mai 2010) ; n° 365 (février 2009).
  • Dossier « Principes de la grande transition » sur les liens entre la transition et l'ESS.



« Réseau Diois Transition Biovallée de la Drôme »




mercredi 8 février 2017

La "Transition" en Diois et Biovallée , où en est on ce jour ?

Agriculture


  • Privilégier la sécurité alimentaire locale et régionale en favorisant l’achat d’aliments locaux: la Carline.
  • Diversification des fermes qui, associées à d’autres entreprises locales, produisent outre la nourriture, des énergies renouvelables locales, des plantes médicinales, des matériaux de construction écologiques comme le chanvre : 33% de ferme bio en Biovallée. Oasis de Serendip de Eurre.
  • Implication des consommateurs dont les menus deviennent plus saisonniers, moins carnivores.
  • Favoriser  les jardins partagés jardins de l'Aube à Die, les circuits courts et biologiques pour fournir les cantines, les maisons de retraite, les restaurants…
  • Tendre vers l’autonomie alimentaire de notre territoire : la Biovallée   
  •  
  •  
  • Education
  •  
    • Développement de l'Education populaire : ESCDD-Espace Social et Culturel du Diois
    • Ateliers d'Intelligece Collective :  Ecologie au quotidien
    • Ouverture d'ateliers de Coworking : Latelier, 8fablab de Crest
     

Transport

  • Développement du transport public (bus, train Paris-Briançon, Dromolib…)
  • Reconfiguration des voies urbaines au profit des cyclistes, des marcheurs…Chemins dans la ville de Ecologie au Quotidien
  • Ouverture de clubs de partage d’automobiles dans lesquels les gens profitent des voitures sans vouloir forcément les posséder 
  • Velo dans la ville :.La Dicyclète



Santé


  • Relocalisation des centres de soin : Centre La Source.
  • Priorité sur le bien-être des individus grâce, aux formations MBSR: Association-Résonance .
  • Production locale des plantes Aromatiques,  médicinales, et à parfum : Herbier du Diois. Nateva.+
    Energie

    • Réduction de plus de 50 % des consommations d’énergie collectives et résidentielles depuis 2016 grâce à un programme intensif et ambitieux d’efficacité énergétique et de rénovation: Tepos .
    • Investissement massif dans les énergies renouvelables, notamment le solaire Diwatt de Die.
    • Organisation des communautés en coopératives d’énergie partagéeCentrale villageoise de la Gervanne.
    • La Vallée   peut devenir   autosuffisante en énergie: bois, eau, solaire, éolien, géothermie, économie.

    Économie

    • Emergence d’économies locales vigoureuses avec une autre perception de l’argent : développement de nouvelles formes d’échanges : Radis-SEL (systèmes d’échanges locaux),
    • Mise en place d’une monnaie locale (la Dioise ) reconnue par tous les acteurs économiques sur la Vallée.

    Eco-Habitat

    • Grande efficacité énergétique du parc d’habitations :  Habiterre.
    • .Production d'isolants locaux et écologiques
    • Production locale des matériaux de construction.
    • Les nouveaux bâtiments produisent plus d’énergie qu’ils en consomment :LOmezon de Die.
    •  
    • Medias
    •  
    • Presse locale participative : MédiasCitoyensdiois 
    • Radio : RDWA 

vendredi 16 décembre 2016

Rencontres de Die : 10 jours pour reconstruire notre pays ensemble... entre justice et fraternité !






En Drôme dans la Biovallée         
du 25 janvier au 10 février 2017
À Die dans la Salle Polyvalente

Les XVes  Rencontres de Die
« Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde » Gandhi (1869-1948)

Édito

« Ce siècle décliné en science et technique aura produit des progrès. Mais qu’en est-il du destin des humains, de la planète? Dans cette odyssée, la violence de l’homme atteint des seuils désastreux et la nature subit d’irréversibles détériorations. Ces constats rendent plus que jamais nécessaire et urgente une transition totale. Nous ne pourrons vivre sans tenir compte du caractère « vivant et viable » des réalités de notre civilisation et sans adopter des comportements éthiques. Des consciences ouvertes et généreuses sorties de la peur et de la violence dépasseront-elles les crises actuelles ? La crise est à débusquer, dans les mécanismes économiques et dans l’intime de chacun, celui qui détermine notre vision du monde, notre relation aux autres et à la nature. Les choix quotidiens que nous faisons et les valeurs (Liberté, Egalité et Fraternité) que nous servons incarnent l’utopie que nous désirons construire. Pour le ‘bien vivre’ de toutes et tous ». Écologie au Quotidien 13/11/2016

Buvette et restauration biologique et locale sur place pendant les 10 jours

O Salle Polyvalente – Bd du Ballon- Die
Salle Beauvoisin – Sous la Salle Polyvalente-Die
Salle Font Giraude - Sous la Salle Polyvalente-Die
Salle Communautaire – Espace Social- Place de l’Évêché-Die


Mercredi 25 janvier                          Education
La Roche-sur-Grâne - Écosite des Amanins
14h Film « Une idée folle »,  de et avec Judith Grumbach (100 mn)
Les salles de classe fourmillent de pratiques originales, nées des nécessités du terrain, qui transforment la scolarité de certains enfants
Thomas Blettery, association Ashoka ; Isabelle Peloux, Les Amanins

Jeudi 26 janvier                           Nature en musique

Café Théâtre Andarta 57 rue Emile Laurens
18h Récital piano/chant autour de la nature  Le Souffle et le Marteau
La chanteuse au piano dans un répertoire "classique". Pièces de piano solo et de mélodies/lieder.
Nathalie Morazin Pianiste et artiste lyrique professionnelle

Début des Rencontres de Die
à la Salle Polyvalente de Die - Bd du Ballon

Vendredi 27 janvier                          Semences vivantes        

O 10h La fertilisation du sol
Obtenir un sol riche et vivant : techniques comparées et détaillées. Comment réussir son compost ? Quand et comment l’utiliser ? Quels paillages disposer ? Quels engrais verts semer ?
Pascal Aspe, jardinier et directeur du Centre écologique Terre vivante


10h  Fabriquer des produits d’entretien écologiques
Recettes écologiques et économiques pour l’entretien de la maison
Gilberte Isoard
Die Café des Lys, 111, rue Buffardel
9h-11h Vitalité et santé grâce à l’alimentation
Atelier d’échanges sur les dernières connaissances sur l’alimentation vivante.
Valérie du Retail

O 14h Film «Les semences buissonnières» de Olga Widmer (scénario par légume)
Atelier Pratique : Comment fait-on sa semence ? Mes tomates ne vont-elles pas dégénérer si j’en récupère les semences chaque année ?
Martina Widmer et  Sylvie Seguin, Longo Maï-Forum civique européen

14h Atelier d'écriture : « Soignons » le changement !...
Le dire, l'écrire, le dessiner... Prendre soin de notre changement. Sans prétention, avec conviction, avec création.
Michèle Geoffroy, écrivain public, animatrice d'ateliers d'écriture

O 17h Film « Quand le vent est au blé », de Marie Devuyst (71 mn)
Retour des variétés oubliées de céréales paysannes. Parcours croisés d’un agriculteur, d’une agronome, d’un paysan boulanger et de deux meuniers. acteurs du bon grain et du bon pain
Témoignages de paysans locaux

17h De la Biovallée de la Drôme aux Biodistricts européens
Dans toute l’Europe, des laboratoires vivants se mettent en place reliant tous ceux qui expérimentent, du citoyen au chercheur, les collectivités, les associations et les entreprises.
Didier Jouve, association Biovallée et Claude Veyret, Écologie au Quotidien, membre du Réseau CENTRE : European Network of des Bio-Districts Européens ; Ignazio Garau, Bio-Slow-Turin

O 20h30 Film « Demain », de Mélanie Laurent et Cyril Dion (120 mn)
À partir des expériences les plus abouties dans tous les domaines (agriculture, énergie, habitat, économie, éducation, démocratie...), découverte d’une autre histoire de l’avenir.
Les Colibris

Samedi 28 janvier                             Biovallée par tous

Sainte-Croix en Diois : journée portes ouvertes au Monastère
9h Présentation du chantier de toiture et du projet de développement du lieu (10h) et Toute la journée : Forum avec stands, diaporamas, séquences vidéos, vitrine du terroir, démonstrations, atelier manuel, visite de chambres.
Organisé par la Société Coopérative d'Intérêt Collectif Nouveau Monastère, avec les compagnons du devoirs SAS Bérard, le Greta Viva 5 de Die, Boris Transinne (drone), Guillaume Fulchiron, photographe, Luc Decaster, cinéaste...Repas sur réservation 04 75 21 22 06

9h-12h Atelier pratique intelligence collective
Retrouver le sens de la coopération, du collectif et du partage : de la diversité des regards et des approches naissent la richesse et l’innovation.
Coraline Monnot, Espace Social et Culturel du Diois

O 10h La permaculture, un outil pour mettre en oeuvre le changement
Inventer une société moins gaspilleuse d'énergie, repenser notre rapport à la nature et aux autres
Carine Mayo, guide de «La permaculture au jardin» (éd. Terre vivante)



10h Atelier découverte « Votre bébé a tant à dire ! »
Découvrez un moyen de communication efficace avant ses premiers mots.
11h Les signes, outil de lien social
Découvrir les nombreux avantages à l’utilisation de la langue des signes pour les bébés
Sylvaine Mauplot, Signes & marMots

10h Atelier d’écriture Fabuleux
Venez avec vos idées, vous repartirez avec une fable de votre composition. Après un court et ludique exposé devenez vous aussi Fabuliste et réveillez le Jean de La Fontaine qui est en vous! 
PISTIL, Fabuliste

Die Lomézon Chemin de l’Hommet, Route de Romeyer
10h Visite d’habitats  écologiques et d’espaces partagés
Caroline Ligouy

Die Marché
11h Inauguration festive sur le marché de Die
Animation : Porteurs de paroles
12h Repas partagé sur le marché
Soupe et verre de l’amitié offerts par Écologie au Quotidien
Animation Barbarythme, Jean-Michel Gaude, accompagné de son orgue de barbarie Odin

Crest Café associatif l’Arrêt Public, 1 rue de la République
12h Inauguration des Rencontres de Die

Crest Visites de l’Usine Vivante, 24 avenue Adrien Fayolle
14h à 15h Visite de l’Usine Vivante Espace de travail partagé 

O 14h Le racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir
Scandales sanitaires, inflation des prix… surconsommation, collusion publique/privée : la situation est explosive. Seule une réappropriation citoyenne de ce « bien commun » qu'est la santé permettra de transformer le système.
Michèle Rivasi, députée européenne, auteure de « Le racket des laboratoires pharmaceutiques »

14h  Les insectes et la pollinisation
Les abeilles et autres pollinisateurs sont en forte régression partout en France. Les causes : utilisation de pesticides, uniformisation des surfaces agricoles, disparition des haies…
Pascal Dupont, chargé de projet – Insectes - Muséum national d'Histoire naturelle

14h Donner envie de changer
Les journalistes peuvent-ils être des promoteurs de la transition écologique ? Les réponses de journalistes qui oeuvrent au quotidien afin de faire bouger les lignes.
Carine Mayo, journaliste free lance-National Geographic France, Terre vivante - Jean-Claude Noyé, journaliste à La Vie

16h Se rencontrer vraiment dans le couple
Prendre soin ensemble de notre relation : Comment être pleinement présents et s’offrir, l’un à l’autre, la qualité de notre attention !
Thérèse et Thierry Buffel, Présence et Relation, MBSR/MBCT



O 16h Nous sommes la Biovallée !
Depuis 10 ans, des femmes et des hommes construisent ensemble la Biovallée autour d’une vision d’éthique sociale, de participation de tous, de préservation de notre pays et de qualité du bien-vivre
Association Biovallée : Stéphanie Gentihomme, Patricia Vartanian, Jean Pierre Brun, Thierry Geffray, Didier Jouve,

17h Les douleurs et les soins naturels
Des méthodes naturelles pour soulager les maux du quotidien : micronutriments, phytothérapie, huiles essentielles, oligoéléments…
Anne Portier, naturopathe

O 18h30 Inauguration des 15es Rencontres de Die
Buffet offert. Isabelle Fallot, chef de chœur, nous fait chanter ensemble.

O 21h Bal Folk avec le groupe Les Coquecigrues *
Un son de groupe compact et énergique, des morceaux pêchus. Des musiques à danser issues de différentes régions de France, d'Europe de l’Est, d’Irlande et d’Italie.
Les Coquecigrues

Dimanche 29 janvier       Alternatives d’ici et d’ailleurs

O 10h Éco-lieux, habitats partagés et autres projets
Proposer un modèle d’habitat collectif différent en inventant un lieu de mixité sociale et intergénérationnel.
Écoravie-Dieulefit, Serendip-Eurre, Lomézon-Die

10h Atelier « L'écoute Aller-Retour »
Pour écouter chacun son tour.
Claire Commarmond, auteure de « Aller et retour vers de nouveaux horizons »

10h Soyons le changement… dans chaque geste du quotidien !
Nos astuces pratiques pour protéger notre santé, nos ressources des impacts de la pollution.
Marie-Noëlle Delas, conseil en santé environnementale


Café Des Lys, 111 rue Camille Buffardel
10h Fable « L'habitat ne fait pas le patrimoine »
Spectacle de fables sur le thème de l'habitat. Aussi taudis, aussitôt fait !
Pistil, Fabuliste

O 14h L’entraide, pour les temps qui viennent !
Puissante mais fragile, l’entraide est un trait commun à tous les êtres vivants. Quels en sont les mécanismes ? Comment la cultiver ?
Pablo Servigne, auteur de « Petit traité de résilience locale »

14h Spectacle  « L’homme qui plantait des arbres » (d’après Giono)
Le berger, imperturbable à l’agitation du monde par la simplicité obstinée de son geste, a ramené la prospérité là où il n’y avait qu’un désert, continuant à planter des arbres
Conté par Luc Vandermaelen

14h Film  « Changement de propriétaire »,  de Luba Vink et Aurélien Lévêque (52 mn)
Une aventure citoyenne défendant une idée aussi fiable qu’utopique : celle de la terre comme bien commun.
Terre de liens : Robert Delage, Sjoerd Wartena, Guillemette Cellier

O 16h-16h45 Polyphonies à travers les siècles
Chants et piano de la Renaissance à nos jours.
Ensemble vocal « Allons voir si la rose… » de Miscon : Georges Henri Ducreux, direction musicale 

O17h  Les plantes médicinales et la santé
Quel  soutien les plantes peuvent-elles apporter au corps dans son processus de guérison ?
1- La Détoxination  Francine Kubiak, naturopathe
La détoxination par les mono-diètes,le jeûne, l'alimentation..
2 - Ces plantes qui stimulent notre immunité Charlotte Plaideau, naturopathe
Stimuler défenses immunitaires en phase aiguë, chronique, ou en prévention?"
3-  Du ventre à la tête et vis versa Frédéric Bourgogne, naturopathe
Et si nos pathologies commençaient dans notre ventre...
4- Les plantes et les enfants Bérengère Croiset, naturopathe
Les plantes pour soigner les bobos de nos bambins

17h Le gypaète barbu
Réintroduit dans la Drôme en 2010, il fait l’objet d’un programme européen de sauvegarde ambitieux : les enjeux de sa préservation.
Julien Traversier et Roger Jeannin (association Vautours en Baronnies) ; Bruno Cuerva et Benoît Betton (Parc naturel régional du Vercors) - LPO

17h Atelier d’initiation à la Communication Consciente
S’écouter vraiment pour mieux coopérer, comprendre ce qui empêche les conflits de se régler, redonner du mouvement et du choix dans ses relations.
Clémence Lataste, Équivalence Créative

O 20h Film et débat : « Irrintzina, le cri de la génération climat »,
de et avec  Sandra Blondel et Pascal Hennequin ( 90 mn)
Connaître les alternatives au dérèglement climatique et les luttes non violentes contre les banques et les multinationales des énergies fossiles.
Alternatiba Grenoble et Lyon, Élisabeth Martinez, et Nicolas Haeringer, auteur de « Zéro fossile - Désinvestir du charbon, du gaz et du pétrole pour sauver le climat »

Lundi 30 janvier                         Engagement citoyen

O 9h30-12h Lecture géologique du Diois (RDV hall Salle Polyvalente)
Présentation in situ de quelques paysages du Diois : Ausson, Laval d’Aix, Pont de Quart, vues du Glandasse…
Jean-Claude Rouchouse, éthologue

O 10h Découverte de l’agroforesterie
Redonner une place à l’arbre dans nos jardins, nos prairies, nos champs.
Pourquoi ? Comment ?
Oasis de Serendip : Samuel Bonvoisin, Martin Trouillard ; Association Drômoise d’agroforesterie : André Sieffert, Antoine Morinet ; Compagnons de la Terre : Tchan Sac Palam
10h Documentaire « À Bure pour l'éternité », de Sébastien Bonetti (52 mn)
En 2004, des femmes et des  hommes se soulèvent contre un projet de stockage des déchets les plus radioactifs de nos centrales nucléaires à Bure- dans la Meuse
Sortir du nucléaire 26/07 : Dominique Malvaud, Georges Roussel

14h Atelier pratique : Planter des arbres dans un potager (sur Die)
RDV hall Salle Polyvalente
Choisir les arbres, apprendre à planter, les placer et concevoir un espace arboré.
(Se munir de bottes et de vêtements adaptés)
Oasis de Serendip : Samuel Bonvoisin, Jean-Guy Deloffre

O 14h Forum ouvert : « Partager nos projets »
Partager nos projets et nos idées pour agir ensemble dans le Diois et dans la Biovallée
Animé par Coraline Monnot- Espace Social et Culturel du Diois
Avec Rob Hopkins à l'origine du Mouvement de la Transition

14h Echanges « Créer un compost »
Un compost bien mené fournira un humus nutritif et performant au sol.qui allègera les terres lourdes et donnera du corps aux terres légères
Denis Aumjaud, Bis-Usus; Georges Roussel, Labellevie; Audrey Morot, Denis Soulie, Compost-et-territoire

14h-17h Atelier « Ré-enchanter notre lien aux animaux »
Inspiré du « Travail qui relie », de Joanna Macy. Un temps pour la gratitude, un temps pour honorer la peine, un temps pour changer sa vision, et un temps pour aller de l'avant.
Aline Wauters, Maison du Développement Durable, Louvain-la-Neuve, (Belgique)

Café des Lys, 111 rue Camille Buffardel
15h Soins naturels au quotidien
Ce que nous mangeons, respirons et… pensons participe prioritairement à notre bonne santé.
Monique Bessaz

O 17h Film « L'histoire d'un monde en transition », de  Haja Leca (26 mn)
Pour construire un monde dans lequel l'humain redevient acteur des décisions qui le concernent. et  créer et mettre en place des outils pour y parvenir ensemble.
Alternatiba

17h Conférence Apaisée
Communiquer la beauté de la vie
Richard Delias, poète

O 20h Film « Qu’est-ce qu’on attend ? » de Marie-Monique Robin 
dans le cadre du Cinéma Le Pestel
Les multiples initiatives qui permettent à Ungersheim, une petite ville alsacienne de 2 200 habitants de réduire son empreinte écologique.
Rob Hopkins, (Présence confirmée) Mouvement International de la Transition,  Elise Duvivier-Alternatiba, Jean-Claude Mensh-Maire d’Ungersheim,

Mardi 31 janvier                   Non-violence active

O 10h Accompagner les femmes victimes de maltraitances
Des maltraitances rencontrées chez les femmes, le rôle des médecins, des sages-femmes, des gynécologues, des citoyens… Résister, dénoncer et accompagner
Perrine Millet, gynécologue obstétricienne, hôpital de Montélimar - Françoise Mar, coordonnatrice association « Un maillon manquant »

10h Atelier pratique : apiculture familiale et de loisirs
Pour former au mieux les futurs apiculteurs et les accompagner tout au long de l’année
Jérôme Alphonse, L’abeille du Vercors

Die Cité scolaire du Diois, place St-Pierre
10h La non-violence, pour mieux vivre ensemble
Intervention réservée aux scolaires du collège/lycée du Diois
La non-violence est une manière d’être, de penser, qui vise à promouvoir des méthodes efficaces et respectueuses de l’autre, pour mieux vivre ensemble
Jean-François Bernardini, association AFC-Umani

O 14h Film et débat « Debout ! Une histoire du Mouvement de libération des femmes (1970-1980) », de Carole Rossopoulos (90 mn)
Que signifie être féministe aujourd'hui ? Témoignages de femmes qui retracent les luttes, les acquis et les soubresauts.
Jennifer Gay, féministe et Odile Blanc, Femmes ici et ailleurs

14h Comprendre la violence
Distinguer agressivité, pulsion de vie et violence. Choisir l'affirmation de soi non-violente, l'écoute, l'empathie et renoncer à la manipulation. Dépasser un conflit de notre société. Être humain.
Daniel Favre, professeur en Sciences de l'éducation, université Montpellier et Maël Virat, chercheur en Science de l’éducation, ministère de la Justice

14h Agora : robots, intelligence artificielle, biotechnologies
Limitation des ressources, quels choix de société ? Vivre ensemble ou apartheid ? Bonne santé ou transhumanisme ? Impact à 10 ou 20 ans.
Olivier Cussac, informaticien

14h Atelier Danses en cercle
Les danses en cercle nous donnent l'occasion de nous reconnecter à nous-même et aux autres et de retrouver le sens d'unité et d'appartenance.
Kity Ronse-Installé

O 17h Atelier « Luminer pour jardiner la paix »
Pour mettre en lumière notre jardin intérieur
Claire Commarmond, Bleuets et Coquelicots

17h-19h Atelier « Éco-mobilité en milieu rural »
Le partage des voies en ville... Des zones 30, des zones 20 et après ? Manières d'aborder la piétonisation.
Céline Reynaud, ville de Die - Stéphane Pignal, Dromolib – Écologie au  Quotidien - Des Commençants de Die.

17h La pensée et le changement social
Conférence interactive sur la pensée occidentale et d'autres façons d'appréhender les effets de nos actions.
Ieva Snikersproge, doctorante en anthropologie, IHEID Genève

O 20h30  La Non-Violence, un acte de résistance
Ecouter la colère, écouter la souffrance pour la transformer en énergie positive : la non-violence est à la fois résistance mais également outil de vie pour aider à une régulation apaisée des conflits.
Jean-François Bernardini, AFC-UMANI

Mercredi 1er février              Transition énergétique

9h30 11h30 Atelier « Jeunes, aujourd’hui » Regardons ensemble 
Vous les jeunes, vous êtes? Matures? Pessimistes? Désenchantés? Pragmatiques? En quête de sens ? Volontaires? Fauchés? Soutenus? Engagés? Soucieux? Révoltés? Citoyens du monde? Amoureux? Modernes? Libérés et décomplexés? Proches de vos parents?  Qu’en penses-tu?
Alain Dangoisse, Maison du Développement Durable de Louvain la Neuve (Belgique)

10h Le solaire chez soi
Évolution du coût de l’électricité. Les différentes possibilités d’installations et d’investissements solaires pour les particuliers et les petites entreprises.
Jean-Luc Mouillet

O 10h Les jardins nourriciers : expérimentation d’une agriculture vivrière
Mise en œuvre d’une plateforme coopérative et participative de consommateurs,  de productions agroécologiques et de moyens de productions (terrains, matériels et main d’œuvre).
Les Jardins Nourriciers : Emilie Belmont, présidente, Pierre Julien Cournil, animateur jardinier-maraîcher ; GRAINE, groupe de recherche d’alternatives et d’innovations pour la nature et l’environnement

10h  Se relier par le jeu
Une pratique ludique et joyeuse pour se relier à soi, aux autres et se rencontrer autrement.
Roseline Pornin, professeur de yoga ludique

O 13h30-16h30  Mercredi Écologie pour les jeunes (Tout public à partir de 5 ans, gratuit) 
5 ateliers créatifs thématiques : « Sortir dans la nature »
Développer sa créativité et sa curiosité dans un petit espace de nature accompagné par des éducateurs à la nature de la Drôme
RDEE (Réseau Drômois d’Éducation à l’Environnement)
Atelier  Choisissons ce que nous mangeons (8/12 ans)
Découvrir de façon ludique les enjeux de l’alimentation durable
Sophie Deronzier, pédagogue
Atelier peinture/décoration : Boite à colère, boite à merci
Parce qu'on a bien le droit d'être en colère et bien le droit d'être joyeux
Claire Commarmond auteure de « ALLER RETOUR vers de nouveaux horizons »
16h Goûter offert aux enfants

14h  Énergies renouvelables et citoyennes
La transition énergétique se passe maintenant. Des outils existent pour que les citoyens s'en emparent et changent de modèle partout localement.
Stéphane Marron, Centrales villageoises Gervanne Raye ; Énergie Partagée
Jean Baptiste Boyer, DWAtts, coopérative dioise de production d'énergie

14h Economie Non-Violente
La société dans son ensemble doit être non-violente et en harmonie avec la nature. Démarche entreprise par les Amis de la Terre-Belgique. Les exemples d'Ekta Parishad en Inde
Alain Dangoisse, Maison du Développement Durable de Louvain la neuve (Belgique)
16h Film Women's Voice Now
La voie des femmes dans le Sud et le Nord, tourné en Inde par Ekta Parishad,combat non volent pour la terre et la dignité
Alain Dangoisse, Maison du Développement Durable de Louvain la neuve (Belgique)

14h Atelier Qi Gong
Pratiques de Qi Gong, processus de transformation des émotions.
Mireille Giles, enseignante de Qi Gong (FEQGAE)

Die-Café le Voltaire 81 Rue Camille Buffardel
15h  Autour du livre « Sensations » de et avec Sandrine et Matt Booth
Immersions  photographiques et littéraires dans la nature sauvage du Vercors

O 17h  La Vallée de la Drôme, terre de transition
Pour relever les défis qui nous attendent, atténuation du changement climatique ou construction de la résilience, il faut une participation de chacun dans sa vie quotidienne et un récit collectif.
Olivier de Schutter, ancien rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation et professeur à l’Université de Louvain (Belgique).

17h Film « Le Lien »,  de et avec Frédéric Plénard (78mn)
Évoquer le lien essentiel qui relie chaque être humain avec la nature. Des enfants des cités sensibles, vivent une immersion de dix jours en pleine montagne…
Christophe Claveau, RDEE (Réseau Drômois d’Éducation à l’Environnement)

17h Atelier-débat : agir pour la transition énergétique dans la Drôme
Photo-lecture pour s’interroger sur les différentes formes que la transition peut prendre et réfléchir ensemble à des solutions concrètes.
Nicolas Estrangin, conseiller énergie, ADIL-Information-Énergie 26

Crest Usine Vivante, 24 avenue Adrien Fayolle
17h à 18h Visite de l’Usine Vivante espace de travail partagé 
18h-21h Soirée radio spéciale « Habitat léger » sous dôme géodésique
Séance d'écoute collective et Emission en direct et en public par Radio St Ferréol
Suivie d’un débat, repas partagé et échanges autour d'un verre
Usine vivante, Halem, Atypic bois, les toiles du berger.

O 20h30 Les énergies renouvelables
L’objectif du scénario de Négawatt est de parvenir en 2050, à un mix énergétique à 100% d’énergies renouvelables basé sur le triptyque sobriété/efficacité/énergies renouvelables.
Stéphane Chatelin, Négawatt

20h30 Immersions sensibles dans la nature sauvage du Vercors
Court métrage/Diaporama/Conférence : une douce tranquillité, où chaque image appelle au rêve. Les mots racontent ces instants fragiles où résonne la saveur du retour à la simplicité de la vie
Sandrine et Matt Booth, auteurs de « Sensations », livre-photo sur le Vercors

Jeudi 2 février                  Écologie intérieure

O 9h30-11h30 Pleine Conscience et créativité
Être présent-e, conscient-e à chaque instant par la pratique de la Pleine Conscience et laisser émerger à travers des mots, des formes, « ce qui est là ».
Anne Tesson, formatrice MBSR, Association Résonance ; Michèle Geoffroy, écrivaine publique

Die Un Air de famille  Quartier les Aires 5 Rue Kateb Yacine
9h30 11h30 Soins naturels au quotidien
Ce que nous mangeons, respirons et… pensons participe prioritairement à notre bonne santé.
Monique Bessaz

10h Fours solaires, un concentré d’énergie
Présentation de différents fours solaires, leurs utilisations et avantages.
Gérard Forest, Denis Aumjaud, Bis-Usus

O 14h Film « Vers un monde altruiste ? », de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade (91 mn)
Esquisser, sur la base de découvertes scientifiques, des solutions nouvelles aux maux de la planète, à l’opposé du pessimisme ambiant. Une enquête scientifique passionnante.
Anne Tesson, association Résonance

14h Nanomatériaux : soyons vigilants !
Quels sont les risques des nanomatériaux pour la santé et l'environnement ?
Danielle Lanquetuit, AVICENN - Association de Veille et d’Information Civique sur les Enjeux des Nanosciences et des Nanotechnologies

14h  « 2038, les Futurs du Monde » 
Qu’il s’agisse d’enjeux énergétiques, écologiques, alimentaires ou migratoires, l’avenir somme le monde de trouver des réponses aux questions qu’il soulève.
Virginie Raisson, directrice du Lépac (Laboratoire indépendant de recherche appliquée en géopolitique et prospective)

Die Tchaï Walla 8 rue Joseph Reynaud
15h Atelier Pratique Composer une assiette équilibrée
Une cuisine  bio végétarienne inspirée des saveurs du monde
Estelle Pedoux, cuisinière de l'assiette vagabonde-traiteur bio-végétarien

O 17h Film « L’Odyssée de l’empathie », de Michel Meignant et Mário Viana (105 mn)
Prévenir l’augmentation de l’effet de serre est avant tout un enjeu de solidarité et d’empathie envers les générations présentes et à venir, les animaux, et la nature. En élevant nos enfants dans la bienveillance, ils deviendront des citoyens respectueux de l’être humain et de la nature.
Michel Meignant, réalisateur

17h Pistes d'évolution pour le modèle d'agriculture conventionnel
Beaucoup s'interrogent sur leurs pratiques : le changement passe par une réinterrogation des valeurs, un questionnement du sens, qui déborde des champs…
Madeline Carlin, ingénieur agronome spécialisée en biologie des écosystèmes ; Nicolas Lesage, Animateur en agroécologie et jardinier diois




Crest - Usine Vivante  24 av. Adrien Fayolle
17h30 Table ronde Tiers lieu : espace de travail partagé
Créer, animer et promouvoir des espaces de vie, de travail, d’échange et de convivialité dans un esprit d’ouverture, de respect de l’humain et du territoire. Visite incluse.
Usine Vivante, espace de coworking

O 20h30 Osons la fraternité
Il est possible de se mobiliser ici et maintenant pour la paix, la fraternité, la liberté, la laïcité, le respect des différences, et l'égalité des droits et des chances dans la dignité.
Patrick Viveret, philosophe et Virginie Raisson, co-auteurs de « Osons la fraternité »

Vendredi 3 février_______       _Futur du climat                                        

O 10h Autour du Film « La glace et le ciel », de Luc Jacquet (89 mn)
L’exploration en Antarctique de Claude Lorius. L’histoire de notre Terre, celle de notre avenir aussi.
Jérome Bouvier, caméraman  et François Valla, glaciologue

10h Naturopathie et réflexologie
Des médecines naturelles à portée de main.
Charlotte Plaideau, naturopathe et Carla Gaspar, réflexologue

O 14h Film « Fleurs du futur : Dobra Voda », de Valérie Valette (81 mn)
Restaurer le climat grâce aux petits cycles de l’eau: réparer la climatisation végétale grâce à des méthodes simples, rapides et efficaces.
Valérie Valette, réalisatrice

14h Sauvegarder le patrimoine mondial
L'urgence de sauvegarder le patrimoine mondial : naturel, culturel, matériel et immatériel et retour d’expériences des COP 21 à Paris-2015 et COP 22 à Marrakech-2016.
Oliver Maurice, Diecteur d’INTO, réseau international d’organisations non gouvernementales

Die Café Théâtre Andarta 57 rue Emile Laurens
14h-15h30  Atelier d'écoute musicale participatif
Pour nourrir notre quête de sens, notre éthique par une écoute vivante de la musique
Marie-Helène Barrier, pianiste concertiste

O 16h15-16h45 Les fables du PISTIL : Tant va l'autruche à l'eau...
Spectacle de fables actuelles, poétiques, humoristiques et pertinentes sur le thème de l'eau 
PISTIL Fabuliste

O 17h Film « La soif du monde », de Yann Arthus Bertrand (90 mn)
L'eau douce et son accès à travers le monde. Dans les pays les moins développés, chaque jour, des humains luttent contre la soif.
Valérie Valette-Aquaboa ;  Bruno-Marie Duffe, docteur en philosophie, ancien directeur de l'Institut des Droits de l'Homme de Lyon ; CCFD-Terre Solidaire

17h L'apiculture en production naturelle
 Des modèles de ruches et leurs méthodes alternatives pour un habitat respectueux de la nature de l'abeille.
Patrick Drajnudel, technicien apicole, Étoile des Abeilles

Die cave Jaillance 355 Avenue de la Clairette
17h Film/Débat : Souveraineté alimentaire au Bukina faso
Pratiques agro-écologiques pour les cultures vivrières du Sahel.
René Billaz, agronome et ex président d’AVSF (Agronomes et Vétérinaires sans frontière )- Jean Loireau, Association Appel Drôme- Cave Jaillance


Die Café Théâtre Andarta 57 rue Emile Laurens
18h 19h  Concert méditatif
« Quand l’homme vit dans la musique, il vit dans une image-reflet de son berceau spirituel. » R. Steiner
Marie Hélène Barrier, pianiste concertiste professeure (Bach, Schubert, (Liszt)

O 20h  Film « Une planète,  une civilisation », de et avec Gaël Derive (80 mn)
Rencontre entre un Éthiopien, un Népalais, un Kiribatien, un Inuit, un Brésilien, un Bangladais… L'enjeu est gigantesque : Assurer la souveraineté alimentaire de tous, tout en préservant le climat et les écosystèmes.
Gaël Derive, réalisateur - Nicolas Haeringer, chargé de campagne pour 350.org, revue Mouvements

O 22h  Concert avec « Taïga ! »
Un vent sauvage soufflant sur la taïga, l'inspiration vient de l'est, l'expiration est sans limite,  interprétée ou improvisée.
Geneviève Drosson, saxophone soprano, Nathalie Kuhn, accordéon

Samedi 4 février___________ Éduquer à la liberté    
       
Miscon Ferme des Lamberts, 380 route des Lamberts
9h30 RDV dans le hall de la salle Polyvalente pour co-voiturer
10h Visite d’une chaufferie au bois déchiqueté
Elle dessert une habitation principale, un logement locatif et un gîte chez Monsieur Bompard.
ADIL, Information Énergie-EIE du nord de la Drôme

10h Mieux-être et Pleine Conscience
Vivre l’instant présent, gérer ses émotions et réduire le stress par la pratique de la Pleine Conscience. Une pratique qui améliore la qualité de vie et des relations.
Anne Tesson, formatrice MBSR, association Résonance

Die  Meyro's-Pub 26 Rue des Jardins
10h Atelier d’échanges : Les nouveaux compteurs Linky
Les compteurs électriques Linky d’EDF sont-ils nocifs pour la santé? Leurs données sont-elles confidentielles?
Georges Roussel, Enercoop

O 10h30  Atelier : expérimenter l'intelligence collective
Qui je suis dans le système ? Comment j’influence le système et comment il m’influence ?
Laure le Douarec, auteure de « L’Art d’interagir-Guide pratique de l’intelligence collective »

O 14h Documentaire « École en vie », de Mathilde Syre (80 mn)
Une posture d’éducateur au-delà de la question de méthode pédagogique.
Rendre visibles et encourager les initiatives qui existent un peu partout dans l’école publique.
Marguerite Morin, enseignante ; Xavier Levet, formateur

14h Transformer la souffrance en énergie constructive
Introduction par une vraie fausse conférence de Christelle Evita : « Mais je ne suis pas noire ! » 
Apprendre à transformer une émotion forte en énergie pour l'action, au service du monde et de sa mission personnelle.
Laure le Douarec et Christelle Evita


14h Atelier pratique : huiles essentielles
Les huile essentielles de notre région et leur utilisation en massage
Vincent Delbecque, Pharmacien, herboriste

Die 7 place du Mazel
14h Visite d’une chaufferie aux granulés de bois
Elle dessert 5 logements locatifs chez Monsieur Izouard
ADIL Information Énergie-EIE du nord de la Drôme

O 17h Éduquer à la liberté : c’est possible et c’est urgent !
Conférence illustrée et dialoguée. Contre la barbarie et la peur, face à la montée de la consommation compulsive et de toutes les formes de conformisme régressif, une autre éducation est indispensable.
Philippe Meirieu, chercheur, spécialiste des sciences de l'éducation et de la pédagogie

17h Spectacle familial écolo et rigolo « Plan'être ». (Dès 3 ans)
Véritable hommage à la Terre, ce spectacle met en scène des arbres, des fleurs, des fruits oubliés, de l'eau, du soleil et de l'humus. Suivi d’ateliers de créativité
Compagnie Lumière de Clowns

O 21h Bal Folk avec « Les Mains Baladeuses » *
Rencontre entre les musiques traditionnelles européennes et du monde.  Un beau voyage empreint de cultures balkanique, méditerranéenne et tzigane, vivantes et dansantes
Les Mains Baladeuses

Dimanche 5 février                             Nature et biodiversité

O 9h-10h Ptit'Déj Cercle de parole sur le thème des Rencontres de Die
Éveiller l’écoute et permettre l’expression de la manière la plus largement partagée.

O 10h Sortie Nature
RDV Hall de la Salle Polyvalente
Gilbert David LPO26​

O 11h Atelier « Chant pour tous »
Chant improvisé et « circlesongs » ouvert à toutes et tous.
Jean-Michel Gaude, chanteur

10h Atelier Pratique Alimentation vivante
Comment mieux manger pour recouvrer et rester la bonne santé? Démonstrations.
Bérengère Croiset, naturopathe, Florence Davrout, cuisinière

O 14h Forêts sauvages
La forêt libre et sans entretien apporte des bienfaits inestimables à la société : limitation de l’effet de serre, régulation du cycle de l’eau, épuration de l’eau et de l’air, formation de sols, riche biodiversité, lieux de ressourcement et d’inspiration artistique.
Gilbert Cochet, agrégé de Sciences naturelles, Museum d’Histoire naturelle

14h Les plantes médicinales et la santé
Quel  soutien les plantes apportent-elles au corps dans son processus de guérison ?
La Détoxination  Francine Kubiak, naturopathe
La détoxination par les mono-diètes, le jeûne,l'alimentation
Ces plantes qui stimulent notre immunité Charlotte Plaideau, naturopathe
Stimuler défenses immunitaires en phase aiguë, chronique, ou en prévention ?
Le stress Gervaise Anziani, naturopathe
Les plantes et les enfants Bérengère Croiset, naturopathe
Les plantes pour soigner les bobos de nos bambins

14h Les « créatifs culturels » : acteurs d’un changement de société
Les créatifs culturels partagent des valeurs : écologie, implication solidaire, développement personnel, consommation responsable et innovation artistique…
Ariane Vitalis, master2 sociologie des publics de la culture

O 16h-17h Le Chœur Die Cantat
Musiques  classiques de la Renaissance à nos jours : Schubert, Rameau, Williams, Brahms
28 choristes  et 4 musiciens,  Monique Cieren, chef de choeur

O 17h  Film « Métamorphoses », de Benoît Demarle (52 mn)
Les insectes ont plusieurs vies, plusieurs formes, ils connaissent plusieurs mondes. Ils étaient aquatiques, ils deviendront terrestres.
Hélène Bernard et Gilbert David, LPO Drôme

17h-18h Spectacle familial écolo et rigolo « Plan'être ». (Dès 3 ans)
Véritable hommage à la Terre, ce spectacle met en scène des arbres, des fleurs, des fruits oubliés, de l'eau, du soleil et de l'humus.
Compagnie Lumière de Clowns

17h Film « L’Odyssée de l’empathie », de Michel Meignant et Mário Viana (105 mn)
En élevant nos enfants dans la bienveillance, ils deviendront des citoyens respectueux de l’être humain et de la nature.
OVEO-Observatoire de la Violence Educative Ordinaire

O Die Salle Polyvalente
19h Repas partagé ouvert à tou-te-s Participation libre

O 20h30 Soirée conviviale et chansons sur l’écologie avec le groupe « Gaffe »
De Dick Annegarn à Francis Cabrel, et de Zazie à Barbara Carlotti…
Philippe Audfray et le groupe Gaffe

Fin des Rencontres de Die
à la Salle Polyvalente de Die - Bd du Ballon

Lundi 6 février                                    Sagesses du Monde
Die Théâtre Municipal Quartier les Aires
20h Spectacle SOUFFLE * de Martin Ferron ( Québec) et David Myriam
Musiques, Chants, Dessins sur sable, Multimédias, Poésies… Ce voyage, qui appelle à la liberté, unit, fait rêver,  stimule et puise sa source dans les sagesses de l’humanité, des philosophes grecs à Martin Luther King en passant par Gandhi…
Participation libre en soutien à Ecologie au Quotidien

Vendredi 10 février_______                 _Créer ensemble_
Crest – 8FabLab rue Courre commère
18h30 20h30 Quelles activités pour relocaliser l’economie ?
Partager nos idées, projets et trouver des partenaires pour les réaliser.
Claude  Veyret, Ecologie au Quotidien

Tout au long de l’année…
Les 4 saisons d'Écologie au Quotidien 2017
Hiver
27 janvier au 5 février  2017 :
Les Rencontres de Die dans la Biovallée
« Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde» Gandhi
Printemps
22 avril : Journée de la Terre et de la Biodiversité
Ateliers Relocaliser l’économie dans la Biovallée
Été
Fête des Jardins dans la Biovallée
Ateliers Relocaliser l’Économie dans la Biovallée
Automne
Ateliers  Relocaliser l’économie dans la Biovallée

- Conférences/débats, animations interactives, films/débats organisés toute l’année par Écologie au Quotidien
- Sorties nature - Gilbert David, LPO Drôme
- Lectures de paysages - Claude Veyret, journaliste


L'association Écologie au Quotidien a pour objectif de sensibiliser les
habitant-e-s sur l'impact de nos modes de vie et de nos gestes quotidiens sur l'environnement, la santé, la société, le vivant, de faciliter la reprise du pouvoir d’agir sur nos vies et de proposer des transitions et des alternatives.

Pendant les Rencontres de Die, soyez acteurs de ces Rencontres, réagissez, agissez,  exprimez vos idées,  vos projets pour esquisser la trame d’autres possibles à l’Espace Eco’Potes.

- Buvette toute la journée - Restauration biologique (à 12 h et 20 h) tous les jours
- Espace de gratuité et de troc de graines : Amenez les objets, vêtements que vous voulez donner ou/et repartez avec ceux dont vous avez besoin tout au long des Rencontres.
- Démarrage des journées avec du Tai-Chi avec Gilles Salinas (8h15 à 8h45)
Expositions : - la Citoyenneté  - Fédération des Oeuvres Laïques - « Femmes et Résistance », Femmes-ici-ailleurs  - Jai Jagat 2020, la paix pour le monde
- Introductions poétiques de Richard Délias et fabuleuses de PISTIL
- Atelier ouvert « Des meubles en carton » Marie Delias (du 3 au 5 février)
- Atelier ouvert « Créer avec du bambou » Denis Dumoulin (du 27 au 30 janvier)
- Médiathèque Diois Vercors : livres thématiques
- Espace enfants : jeux et dessins     
- Espace détente et bien-être – Inscription sur place
- Espace librairie avec « SAUTS ET GAMBADES » de Dieulefit, les éditions Yves Michel, Silence, Passerelle-éco, des auto-éditeurs…

Affiche créée par Allison Choquart, allisonchoquart@gmail.com
Création de la plaquette : Assina Benbetka, assinabay@yahoo.fr
Impression :  Vassili Gogatishvili :  vassili@heraldie.fr
Photos copyright: Sandrine et Matt Booth : prises2vues@orange.fr

Participation aux Rencontres de Die
- ÉCO PASS GLOBAL donnant accès à tout le programme : dès 120 €
SAUF : films au cinéma Le Pestel

{ÉCO PASS SOUTIEN : dès 85 €
{ÉCO PASS : 60 € / 40 € (tarif réduit)
Ces deux ÉCO-PASS donnant accès à tout le programme
SAUF : Bals folk, spectacles, notés* et films au cinéma Le Pestel (et le film du Pestel, au tarif CNC, délocalisé dans la salle polyvalente municipale : « Qu’est ce qu’on attend ».

PASS Week-end (Sans les bals folks) :  28 € /18 € (tarif réduit)
PASS Journée 15 € / 10 € (tarif réduit)
SAUF : Bals folk, spectacles notés* et films au cinéma Le Pestel)

PASS Journée + bal folk ou spectacle* : 20 € / 15 € (tarif réduit)
     
--Débat/ Atelier : 6€ (4€ tarif réduit)
- Atelier pratique avec (R) : Réservation à l’accueil de la Salle Polyvalente
- Une conférence ou un atelier : 7 € (5 € tarif réduit)
- Bal folk ou Spectacle *: 9 € (7 € tarif réduit)

- Tarif réduit : chômeurs, RSA…

- Accès gratuit pour les jeunes : scolaires, étudiants et moins de 20 ans
SAUF : bals folk,   spectacles notés* et films au cinéma Le Pestel.

- Les difficultés financières ne doivent pas être un obstacle
à votre participation. Nous consulter sur place.

- Adhésion à l’association : à partir de 10 €  (associations : à partir de 20€)

Notre association étant reconnue d'intérêt général depuis 2015,
vos dons ouvrent droit à réduction d'impôts (66%).

 - Pour venir, pensez à utiliser le covoiturage
- Pour l’hébergement, contactez l’Office du Tourisme de Die :
04 75 22 03 03  - www.diois-tourisme.com








Nous remercions tous les partenaires pour leur participation aux Rencontres de Die 2017 avec entres autres :
ADIL-Energie-26 , Revue Alternatives Economiques, Alternatiba, Restaurant un Air de Famille (26), l'Arrêt Public de Crest, ARTE, AIRE-Trésor (26), Café Théâtre Andarta (26),  A.R.E.H.N (76), SCIC Monastère de Ste Croix (26),  L’Arrêt Public (26), ASCO (26), Association Biovallée (26), BioDistricts Européens, Bleuets et Coquelicots(26), CFPPA (26), SCIC La Carline (26), Café Le Voltaire (26), Café des Lys (26), Café Théâtre Andarta (26), CCFD-Terre Solidaire (75 et Die), Cinéma le Pestel (26), La Colombine (26), Communauté des Communes du Val de Drôme (26), Compagnons de la terre (26), Compagnie SEME (75), Dromolib (26), Enercoop, Edition Yves Michel (04), ESCDD(Die), Réseau CENTRE : European Network of Bio-Districts, 8FabLab (26), Fédération des Oeuvres Laïques-Ligue de l’enseignement (26), Festival du Conte de Bourdeaux (26), Femmes-ici-et-ailleurs, F.R.A.P.N.A-les Epines drômoises, GRETA-Viva5 (Die), Héraldie (26), Imagerie (26), Jaillance (26), Revue La Vie,  Latelier (26), Revue L’Ecologiste, LPO Drôme (26), Maison du Développement Durable-Louvain la Neuve (Belgique) , Laboratoire de la Transition, Le Martouret (26), Labelevie (26),  Les Amanins (26), MédiasCitoyensDiois (26), Médiathèque Départementale Diois-Vercors (26), ONF (26), NEF-Crédit Coopératif,  Le Meyros’ Pub (26) , Oasis de Serendip (26), Office de Tourisme du Diois, Revue Passerelle-Eco, Radio Saint Ferréol (26), Réseau Drômois d’Education à l’Environnement, Résonance (26), Revue La Salamandre, Sauts et Gambades (Dieulefit), Signes & Mar’mots (26), Restaurant Tchaï Walla (26), Terre de liens, Théâtre de Die, Prises2Vues, Revue Sciences Sociales, Revue Silence (69), Revue UP’mag, Usine Vivante de Crest,  Terre Vivante (38), la Ville de Die et le Personnel Municipal de Die (26)…

Écologie au Quotidien - 695 Chemin de Chastel et Bassette, 26150 DIE
 Tél.  04 75 21 00 56

Films au cinéma Le Pestel, avenue du Texas, Die : du mercredi 18 janvier au mardi 7 février 2017 (voir le programme du cinéma)

« La Sociale », de Gilles Perret
En racontant l’étonnante histoire de la Sécu, « La Sociale » rend justice à ses héros oubliés, mais aussi à une utopie toujours en marche dont bénéficient 65 millions de Français.

« Trashed », de Candida Brady
Pédagogue et sans aucune concession à l’égard des dangers que représentent toutes ces tonnes de détritus, le documentaire nous rappelle que la santé de la planète est surtout la nôtre. 

 « La Supplication », de Pol Cruchten
Une transposition poignante du livre de Svetlana Alexievitch à partir des récits de victimes de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine.

« Dans les forêts de Sibérie », de Safy Nebbou 
Pour assouvir un besoin de liberté, Teddy décide de partir loin du bruit du monde, et s’installe seul dans une cabane, sur les rives gelées du lac Baïkal.

 « Gardiens de la Terre », de Rolf Winters et Renata Heine
Un couple avec trois enfants s’embarque jusqu’au bout du monde à la recherche d’une nouvelle perspective sur le monde.  La rencontre d’indigènes qui n’avaient encore jamais été filmés